Olivier Marleix, député et futur président de la Commission d'enquête, veut faire des propositions sur les conditions de cessions de fleurons industriels.

 - Jusqu'à présent, la classe politique s'est refusée à durcir le contrôle des investissements étrangers au travers du décret Montebourg. Quelle portée aura cette commission d'enquête ?

La cession de la branche transport d'Alstom à l'allemand Siemens au travers d'un droit de contrôle est un point de retour pour l'ensemble des politiques. On ne peut plus se contenter de révisions dans la panique du décret de contrôle des investissements étrangers, sous Dominique de Villepin avec l'affaire Gemplus, puis sous Arnaud Montebourg en réaction à la cession des activités énergie d'Alstom. Au terme de cette commission, nous ferons des propositions sur les conditions d'examen des investissements étrangers, le contrôle des engagements une fois donnés et dont la valeur politique s'est largement perdue, mais aussi de façon préventive sur la veille...

Lire la suite de l'article sur LesEchos

Conférence de presse de Christian Jacob - 02102018
Conférence de presse de Christian Jacob - 02102018

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int