TRIBUNE - Le terrorisme islamiste se nourrit de la complaisance d'une partie de nos élites et de la culpabilisation des Français, argumente le président des Républicains.

À chaque attentat qui frappe notre pays, nous assistons à un étrange malaise, une démission de l'intelligence, une singulière difficulté à voir et nommer ce que nous avons sous les yeux. Les réflexes «pas d'amalgame» et «rien à voir» tiennent lieu de pensée dominante.

Certaines belles âmes pratiquent le déni, jusqu'à disculper l'islamisme du terrorisme. Le philosophe Alain Badiou écrit ainsi: «C'est un fantasme, cette histoire d'islamisme radical.» Le sociologue Raphaël Liogier propose quant à lui d'«utiliser les milieux salafistes dans la lutte contre les djihadistes au lieu de les poursuivre». Le politologue Olivier Roy voit dans le terrorisme une «révolte générationnelle», niant au passage toute «radicalisation de l'islam». Le sociologue Geoffroy de Lagasnerie ne masque pas son intention: «Excuser, c'est un beau programme de gauche.» Contre ceux décidés à «être antifascistes sans être antitotalitaires», on serait tenté de ...

Lire la suite de l'article sur FigaroVox

Conférence de Presse du Président Christian Jacob du 22/05/2018
Conférence de Presse du Président Christian Jacob du 22/05/2018

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int

4ème Rencontre du Club des 28

Mercredi 15 Juin 2016

Club28-Drapeaux

Lire la Synthèse