TRIBUNE - L'administration ne peut pas dire toute la vérité sur les sujets qui conditionnent l'avenir. Seul le Parlement en a la possibilité, explique François Cornut-Gentille, député de la Haute-Marne.

Suspendue au milieu de l'été, la réforme institutionnelle demeure, selon le premier ministre, une priorité et doit, à ce titre, de nouveau être soumise à l'Assemblée cet hiver. Les difficultés rencontrées aujourd'hui par le président et le gouvernement devraient les inciter à se poser une seule question: est-elle le bon outil pour améliorer l'action des gouvernements?Il est permis d'en douter. Une étude de ses objectifs et dispositifs montre qu'elle est le produit d'une tentation technocratique, forme particulière que revêt le populisme des élites.

La révision de la Constitution prétend permettre une meilleure efficacité des pouvoirs publics. Prenons l'exemple de l'action de l'État en Seine-Saint-Denis. Je l'ai démontré dans un récent rapport parlementaire: le bilan est accablant. Face au constat d'impuissance publique sur ce sujet comme sur d'autres, le président et sa majorité dénoncent l'inefficacité supposée du Parlement. Mais si un élève de Seine-Saint-Denis perd sur sa scolarité plus d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Figaro

Conférence de presse de Christian Jacob - 02102018
Conférence de presse de Christian Jacob - 02102018

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int