« Si les leçons de la réforme gaullienne demeurent vraies, Macron doit désormais aller très vite, sur l’essentiel, c’est-à-dire le budgétaire. Car la baisse des dépenses publiques est la mère de toutes les réformes »

Jean-Louis Thiériot, députés et essayiste : « La dernière grande réforme française fut celle du Général de Gaulle qui jeta les bases des Trente Glorieuses. Mais quelle réforme ! Sa force fut d’être globale, rapide, animée d’une vision, appuyée sur une seule idée : rendre à la France sa grandeur et lui permettre de combattre à armes égales sur le champ clos de la concurrence économique. »

« Je crois que les gens pensent vraiment qu’on a besoin de réforme, disait Emmanuel Macron, le 15 mars 2015. Nous voulons réformer donc nous réformerons. Quand on compare avec le Royaume-Uni dans les années 1980, la principale différence, c’est que nous n’avons pas fait les réformes à ce moment-là. Donc les Français reconnaissent aujourd’hui que les autres ont alors décidé de bouger et que nous sommes les seuls à ne pas avoir réformé notre propre système ». Force est de constater qu’il avait raison. Alors que la Grande-Bretagne avec Margaret Thatcher en 1979, les Etats-Unis avec Ronald Reagan en 1981, l’Allemagne avec Gerhard Schröder en 2003 ont radicalement remis en ordre leur économie, c’est en vain qu’on cherche en France une réforme de fond...

Lire la suite de l'article sur L'Opinion

Conférence de presse de Christian Jacob - 02102018
Conférence de presse de Christian Jacob - 02102018

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int