TRIBUNE - Les Français n’ont pas attendu le grand débat pour être convaincus de la nécessité de diminuer les dépenses publiques. Aussi éprouvent-ils une irritante impression de surplace. Pour accomplir enfin de vraies réformes, méditons quelques maximes inspirées par Thatcher et Schröder, argumente le député et historien.

Après quatre mois de jacqueries, 500.000 contributeurs mobilisés et 12 millions d’euros dépensés, il ne ressort du grand débat que des évidences: la France souffre de trop de dépenses publiques et donc de trop de taxes et impôts! Depuis des années, think-tanks et experts (Ifrap, Iref, Institut Montaigne, Institut Molinari, Coe-Rexecode, Fipeco) n’ont cessé dele répéter et de le démontrer: dans notre pays, la dépense publique atteint 57 % du PIB, contre une moyenne de 48 % dans la zone euro.

Afin de restaurer notre compétitivité et rendre aux Français en pouvoir d’achat le fruit de leurs efforts, il n’est pas d’autre choix que de réduire cette dépense publique, avec un objectif à terme d’environ 80 milliards. Les priorités sont connues de tous: unification des régimes de retraite, augmentation de l’âge de la retraite (indispensable alors que l’espérance de vie n’a cessé de croître et qu’une année de travail de plus représente environ 18 milliards d’économies), réforme de l’aide ...

Lire la suite de l'article sur FigaroVox

Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 11 juin 2019
Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 11 juin 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int