Pour le président de la commission des finances, la priorité des baisses d’impôts devrait aller aux entreprises « qui sont au cœur de la création de richesse et de la hausse du pouvoir d’achat des Français ​»

Les faits: Bercy a présenté mercredi son traditionnel programme de stabilité, qui revoit à la baisse les prévisions de croissance à 1,4 % et acte la dégradation de la trajectoire des finances publiques sur le quinquennat (1,2 % de déficit en 2022). La baisse d’impôt pour les ménages atteindra 10 milliards d’euros cette année. Rien n’est prévu pour les entreprises. Le document sera rapidement amendé après les annonces présidentielles suite au Grand débat, attendues dans le courant de la semaine prochaine.

L'Opinion: - Le gouvernement prévoit une croissance de 1,4 % jusqu’à la fin du quinquennat. Le Haut conseil aux finances publiques a jugé ces prévisions sincères. Et vous ?

Eric Woerth: - Je salue la sincérité de l’exécutif, il prévoit bien, mais ce qu’il prévoit est-il bien ? Non. Jamais un programme de stabilité n’a été aussi empreint d’une telle instabilité. Il ne contient rien des annonces présidentielles à venir suite au Grand débat. Des annonces qu’on promet fondamentales. Elles auront donc des conséquences tout aussi fondamentales sur le budget.

C’est un programme de stabilité à durée déterminée ?...

Lire la suite sur L'Opinion

Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 11 juin 2019
Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 11 juin 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int