Le Conseil constitutionnel a validé le RIP contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). Pour Gilles Carrez, «c’est une question d’intérêt général» et pour Olivia Grégoire, «une alliance de pure circonstance».
 
Gilles Carrez est député du Val-de-Marne et ex-président de la commission des finances de l’Assemblée nationale.

LE FIGARO.- Le Conseil constitutionnel a validé le RIP contre la privatisation d’ADP. Comment accueillez-vous cette décision?

Gilles CARREZ. - C’est une satisfaction de voir que le Conseil constitutionnel a validé la procédure du RIP prévue par la réforme constitutionnelle de 2008 et utilisée pour la première fois. Je ne suis pas dans une démarche polémique ni de coup politique. Pour moi c’est une question d’intérêt général et un enjeu d’extrême importance que les Français puissent se prononcer sur la privatisation d’ADP. Les conséquences économiques et environnementales sont majeures. L’entreprise ADP est profitable et on voudrait vendre les bijoux de famille! Cette privatisation constituerait une erreur stratégique. J’en viens à me demander si la vraie raison de cette privatisation n’est pas la volonté du gouvernement de se trouver une bouée ...

Lire la suite de l'article sur Le Figaro

Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 21 mai 2019
Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 21 mai 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int