Candidat à la présidence de LR, le député de l'Yonne plaide pour une réforme paramétrique des retraites plutôt qu'un « big-bang systémique ». Il prône un « super-amortissement vert » qui serait, tacle-t-il, « beaucoup plus puissant qu'un prêche de Greta Thunberg ».

Les Echos: - Vous êtes candidat à la présidence de LR. Êtes-vous si sûr que le parti n'est pas déjà mort ?

Guillaume Larrivé: - La plupart des Français perçoivent Les Républicains comme l'un des partis d'hier. Si je suis candidat, c'est pour transformer la droite française et proposer une nouvelle offre politique. Ma génération n'a jamais exercé le pouvoir. Notre mission est de bâtir, à partir de LR, le grand mouvement populaire capable de gouverner la France de l'après-Macron.

En quoi consiste le projet « national-libéral » que vous préconisez ?

Pour que notre pays s'affirme comme une puissance européenne et mondiale, nous devrons réussir la réconciliation de la France avec elle-même et des Français entre eux. Cela exige un réarmement de l'Etat-nation : assumer l'autorité régalienne, arrêter l'immigration de masse, défendre la laïcité, lutter contre l'islamisation. Parallèlement, soyons le parti de la liberté ! Je le dis à ceux qui battent les estrades avec M. Mélenchon contre la privatisation d'ADP : l'avenir de la droite n'est pas le néo-socialisme. Nous devons, au contraire, proposer des solutions innovantes pour libérer les énergies des Français qui veulent travailler et avancer...

Consulter la suite de l'article sur LesEchos

Conférence de presse de Christian Jacob - Immigration
Conférence de presse de Christian Jacob - Immigration

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int