Le député du Vaucluse, président d’Oser la France, dénonce le manque de rationalité économique d’un tel choix, qui poserait également des problèmes de 

En attendant la publication prochaine du projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la privatisation de la gestion des barrages hydroélectriques figure dans les priorités de l’actuel gouvernement qui vient d’ouvrir discrètement une négociation à ce sujet avec Bruxelles. Au plan idéologique, le Président Macron ne fait que tracer le sillon qui est le sien : la mise en concurrence des gros barrages hydroélectriques dont EDF est actuellement le principal concessionnaire (433 barrages) fait suite à l’introduction de la concurrence dans le transport ferroviaire ou aux dispositions visant à déréguler les professions règlementées.

La mise en concurrence libre et non faussée coule dans les veines de Bruxelles comme le sang dans celles des hommes. Néanmoins, lorsqu’on en vient à toucher à un secteur stratégique qui produit 12% du mix électrique, génère 1,5 milliards d’euros de recettes publiques et emploie 30 000 personnes, un tel choix ne peut se justifier que par la seule injonction bruxelloise, sauf à considérer que nous n’avons plus la maîtrise de notre souveraineté énergétique. A tout le moins, on est en droit d’attendre que ce choix, dans un grand pays comme la France, procède d’un calcul économique rationnel. On notera au passage que les pays d’origine de ces concurrents étrangers n’ont pas la même obligation d’ouverture à la concurrence car ils ne disposent pas d’un régime concessif...

Lire la suite de l'article sur L'Opinion

La nouvelle loi sur l’Ecole sera débattue dès lundi 11 février dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Sans se transformer en « ventilateurs à angoisse » pour citer le Ministre qui cherche à tout prix à esquiver les vrais débats de fond – il faut d’ailleurs souligner que l’angoisse ne se ventile pas mais oppresse durablement les personnes qui en sont atteintes — il doit être permis d’étudier avec attention le texte proposé. Plusieurs intentions peuvent surprendre, à défaut d’angoisser.

Ainsi, l’évaluation annoncée par la mise en place d’un nouveau conseil d’évaluation de l’école suscite en l’état de très nombreuses interrogations. Alors que tous les standards internationaux préconisent une évaluation totalement indépendante, le projet prétend la remettre « au cœur » du système éducatif tout en la rendant directement dépendante du ministre, quel paradoxe. En cette période un peu confuse quant aux rôles respectifs des experts et des décideurs, réintégrer l’évaluation sous la tutelle du ministère fait perdre toute crédibilité aux deux parties.

Dans tous les autres pays et non des moindres, on peut même constater une corrélation directe entre l’existence d’une agence d’évaluation véritablement indépendante et la performance scolaire. S’il est incontestable que l’évaluation est un levier pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement, encore faut-il qu’elle respecte une méthodologie rigoureuse et standardisée. L’indépendance est un pré requis. Dans tous les autres pays : Allemagne, Corée, Finlande, Mexique, Islande, où une agence indépendante a été mise en place, c’est l’agence qui fournit au système les moyens et niveaux d’amélioration, pas l’inverse et encore moins sous la houlette du Ministre....

 
INTERVIEW - Si l'annonce doit être entérinée par la commission d'investiture, mardi, le président LR confirme qu'il proposera les noms de Bellamy, Evren et Danjean pour mener la campagne des européennes.

LE FIGARO. - Confirmez-vous François-Xavier Bellamy comme tête de liste LR et la constitution d'un trio en vue des européennes?

Laurent WAUQUIEZ. - Je proposerai ce mardi à la commission nationale d'investiture de choisir un trio composé de François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean pour porter nos idées dans cette campagne des européennes. Ce trio, ce sont les nouveaux visages de la droite, ce sont des gens de conviction, c'est une nouvelle génération engagée qui porte des valeurs. Avec ce trio symbole du renouvellement, LR écrit une nouvelle page de la droite. C'est ma volonté depuis que je suis à la tête du parti.

Pourquoi ce choix d'un trio?

Ce trio, c'est l'incarnation du rassemblement de la droite et de ses différentes sensibilités. François-Xavier Bellamy, c'est la droite des valeurs, loin de la politique du buzz et de l'ultracommunication. Les Français ont montré leur intérêt pour Luc Ferry ou Alain Finkielkraut, ces intellectuels qui redonnent du sens et de la hauteur au débat. François-Xavier Bellamy ...

Lire la suite de l'article sur LeFigaro

INTERVIEW - Le vice-président Guillaume Peltier évoque les ambitions et les objectifs de son parti aux prochaines élections européennes.

Guillaume Peltier, vice-président, revient dans cette interview au Journal du Dimanche sur le profil de François-Xavier Bellamy, probable tête de liste LR aux européennes, qui "incarne la jeunesse et le renouvellement" à ses yeux. A quelques mois du scrutin, il veut croire que "les favoris des sondages sont rarement les vainqueurs des suffrages" et pense que son parti peut incarner une "troisième voie" en plus d'En Marche et du Rassemblement national : "Si les Français sont pour l'Europe et contre la politique de Macron, ils pourront voter Les Républicains."…

Le JDD: - La probable tête de liste LR aux européennes, François-Xavier Bellamy, a clarifié sa position sur l'IVG. Cela vous satisfait-il?

GP: - Cette clarification était indispensable et nous étions nombreux à la réclamer. Ce débat n'avait pas lieu d'être ouvert. Il est hors de question de remettre en cause la loi Veil. Si la Commission nationale d'investiture désigne François-Xavier Bellamy comme tête de liste, je soutiendrai cette décision. Je le connais peu mais il incarne la jeunesse et le renouvellement. Il est plus libéral et conservateur que moi, mais je souhaite qu'on lui laisse sa chance...

 

Lire la suite de l'article sur LeJDD

Député de l’Ain, Xavier Breton était, jeudi 24 janvier, l’invité de l’émission « Face aux chrétiens » animée par Bernard Gorce et coproduite par KTO. Il répondait aux questions de Romain Mazenod (RCF), Alain Baron (Radio Notre-Dame) et Laurent de Boissieu (La Croix).

La Croix:D’où vient la crise politique ?

Xavier Breton : Emmanuel Macron a mis le feu avec son attitude méprisante. Comment a-t-il pu qualifier des citoyens de « gens qui ne sont rien » ou les Français de « Gaulois réfractaires (au changement) » ? Le tas de bois était constitué depuis plusieurs années, voire décennies, mais c’est bien lui qui a allumé le feu. Il organise un grand débat comme un pompier pyromane. La révision constitutionnelle est typique de l’administration centrale qui ne fait aucune réforme pour elle. Ce qui ne fonctionne pas, ce n’est pas le Parlement, c’est l’exécutif, son improvisation et le poids de la technocratie.

Que pensez-vous du référendum d’initiative citoyenne ?

X. B. : Il faut dédramatiser le référendum, en organiser à intervalles réguliers, avec plusieurs questions. Pourquoi le peuple ne serait-il pas capable de se prononcer sur tout sujet ?...

Lire la suite de L'article sur La Croix

FIGAROVOX/TRIBUNE - Déposséder la région Île-de-France de sa compétence en matière de transports au profit de la métropole du Grand Paris aggraverait le sentiment d'injustice éprouvé par les Franciliens de la grande couronne, s'alarment les signataires.

Paris est une cible. Il suffit de dialoguer quelques instants avec des «gilets jaunes» pour mesure la force de la rancœur contre «les élites parisiennes». Les dégradations, intolérables, de ces dernières semaines le prouvent. La France périphérique, celle de la grande couronne, des banlieues périurbaines ou de la ruralité se sent frappée du sceau du mépris et de la relégation sociale. Mépris lorsque la chasse aux voitures anciennes empêche les travailleurs de se rendre dans la capitale. Mépris lorsque la fermeture des voies sur berge prise sans concertation rallonge souvent d'une demi-heure ou plus les trajets. Mépris enfin lorsque, pendant la dernière grève en date des chemins de fer, les lignes desservant les destinations les plus lointaines, Provins, La Ferté-Milon, Montereau, Mennecy ou Nemours ont été purement et simplement privées de train par la SNCF alors que celles plus proches de Paris bénéficiaient encore d'un service intermittent. Sans la mobilisation de Valérie ...

Lire la suite de l'article sur FigaroVox

Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 7 mai 2019
Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 7 mai 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int