FIGAROVOX/TRIBUNE - La députée du Doubs, vice-présidente de l'Assemblée nationale, exprime son opposition envers le projet de la majorité tendant à consacrer un droit à la «procréation sans sexe pour tous», selon l'expression du rapporteur de la mission d'information sur la révision de la loi de bioéthique.

La lecture du rapport récemment adopté par la mission parlementaire d'information sur la révision de la loi de bioéthique inquiétera toute personne soucieuse d'éviter la mainmise du marché sur la procréation humaine. Sans le moindre égard pour les objections populaires exprimées lors des états généraux de la bioéthique, l'auteur du rapport, le député Jean-Louis Touraine, souhaite en effet «dépasser les limites biologiques de la procréation» et affirme qu'il serait logique de légitimer une «procréation sans sexe pour tous».

Le député recommande d'abandonner toutes les conditions du recours à l'assistance médicale à la procréation actuellement en vigueur. Il envisage ainsi d'admettre des pratiques jusqu'alors interdites: procréation pour les couples de femmes et les célibataires, procréation post-mortem, double don de gamètes, admission des effets produits par la gestation pour autrui, ou encore autoconservation des ovocytes. Il n'est pas anodin de constater que le rapport ouvre la ...

Lire la suite de l'article sur FigaroVox

Faut-il instaurer des quotas de migrants ? Le point de vue de Pierre-Henri Dumont, député du Pas-de-Calais chargé de l’immigration au sein des Républicains.

« Nous sommes évidemment favorables à des quotas annuels fixés par le Parlement, car c’est une proposition que Les Républicains formulent depuis assez longtemps. Elle était dans la plate-forme législative de 2017 et dans le contre-projet à la loi asile et immigration que nous avons défendu au printemps 2018. Lors de la discussion de cette loi à l’Assemblée nationale, j’avais d’ailleurs déposé des amendements dans ce sens, qui avaient été alors rejetés par le gouvernement.

Concrètement, on s’aperçoit qu’on ne maîtrise pas ou très peu le nombre comme le type de personnes qui viennent sur le territoire. On a une immigration qui est totalement déphasée par rapport à celle des pays voisins. L’immigration du travail en France ne représente que 10 % des flux légaux, ce qui est très inférieur à ce qui se pratique dans les pays limitrophes. L’immigration est donc essentiellement familiale et étudiante. Il est nécessaire de rééquilibrer la typologie...

Lire la suite de l'article sur LaCROIX

Pour le député de la Haute-Marne, auteur de Gouvernez ! (Alma Editeur, 2015) et contributeur régulier à la revue Le Débat, l’émergence des « gilets jaunes » révèle une crise de la représentation et des institutions de la Ve République. Il pointe aussi une incapacité à débattre et à partager des diagnostics, mal endémique de notre démocratie.

Le Monde: La crise des « gilets jaunes » reflète-t-elle une crise des institutions de la VRépublique, voire de la démocratie représentative ?

Oui. Je note un affaiblissement général des institutions dont plus personne ne comprend le rôle et le sens. Emmanuel Macron a voulu mettre en scène une présidence forte, qu’il souhaitait renforcer encore avec la réforme des institutions. Or, avec l’affaire Benalla et la crise des « gilets jaunes », la mise en scène a été rattrapée par la réalité : on a découvert, Macron et les « marcheurs » en tête, que cette présidence était en réalité faible, tout comme le sont le Parlement, les corps intermédiaires mais aussi les médias. Cet affaiblissement général des institutions et contre-pouvoirs traditionnels débouche sur une incapacité à débattre dans notre démocratie.

C’est-à-dire ?

 Les « gilets jaunes » sont à la fois le symptôme et la conséquence de la crise du débat dans notre pays. Depuis vingt ans, ce qu’on appelle « débat politique » se résume à des rapports de force dans les médias ou dans la rue....

Lire la suite de l'article sur Le Monde

INTERVIEW - Julien Aubert, député du Vaucluse et secrétaire général adjoint, estime que la crise des «gilets jaunes» ne fait que des perdants.

LE FIGARO. - La consultation citoyenne est-elle une bonne réponse à la crise?

Julien AUBERT. - C'est incroyable du point de vue de la méthode. Les gens disent «on veut plus d'horizontalité», «on veut prendre le contrôle de la discussion démocratique» et le gouvernement leur répond «on va vous convoquer à un débat centralisé et orchestré depuis l'Élysée». À un moment, il faut comprendre que la Ve République, ce n'est pas seulement un super président élu par le peuple mais un président responsable devant le peuple qui renouvelle sa légitimité en donnant la capacité au peuple d'exercer sa souveraineté. Et c'est aussi ça que demandent les «gilets jaunes»: qu'on les respecte et qu'on réaffirme leur place dans la société. La crise actuelle, c'est aussi une crise de la souveraineté. Le peuple, c'est comme le génie de la lampe. Vous pouvez le comprimer, l'enfermer mais à un moment il se libère toujours. L'enjeu aujourd'hui est de concilier les deux éléments de l'article 3 de la Constitution, la souveraineté ...

 

Lire la suite de l'article sur Le Figaro

«Je suis convaincu que ce n'est pas à la France de s'adapter aux cultures d'origine mais aux étrangers accueillis en France d'épouser la culture française», avance Laurent Wauquiez.

EXCLUSIF - Dans une tribune au Figaro, le président des Républicains affirme que la signature du pacte sur les migrations de l'ONU par la France relève du déni de réel et du déni de démocratie.

Emmanuel Macron - représenté par l'un de ses secrétaires d'État au sommet de Marrakech - vient d'apporter le soutien de la France au pacte mondial sur les migrations de l'ONU.

Le principal argument de ses partisans est qu'il est «juridiquement non contraignant». De deux choses l'une: s'il se révèle contraignant, il est scandaleux et dangereux ; s'il ne l'est pas, il est scandaleux et inutile. Dans les deux cas, ce pacte relève d'une idéologie de promotion de l'immigration. L'un de ses objectifs est limpide: «développer et diversifier les filières de migration». Il est également proposé de «faciliter l'accès aux procédures de regroupement familial des migrants». Est-il raisonnable que la France souscrive à de tels objectifs? Notre pays peut-il accueillir toujours plus d'immigrés et les Français le veulent-ils? Le président de la République a tranché pour eux, sans même daigner organiser un débat parlementaire sur ce texte, contrairement à plusieurs pays européens. ...

Lire la suite de l'article sur LeFigaro

INTERVIEW - Vice-président du groupe à l'Assemblée comme du parti, Damien Abad préconise une « réduction de 400 à 1.000 euros » par an de la CSG sur les revenus d'activité. Une mesure de « droite juste » qui permettrait, selon lui, « un vrai effet de levier ».

Les gestes d'Emmanuel Macron peuvent-ils mettre fin à la crise ? Ce sont des gestes réels qui montrent bien qu' Emmanuel Macron a dû reculer et qui symbolisent donc très bien l'échec des dix-huit premiers mois du quinquennat. Je pense notamment à la  défiscalisation des heures supplémentaires . Mais le chef de l'Etat n'est pas loin de l'entourloupe. C'est le cas sur la défiscalisation des heures supplémentaires, puisque la CSG ne...

 

Lire la suite de l'article sur Les Echos

Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 7 mai 2019
Conférence de presse de Christian Jacob - Mardi 7 mai 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int