Annie Genevard, députée et secrétaire générale, était hier l’invitée de l’émission « Face aux chrétiens » animée par Dominique Gerbaud et coproduite par KTO. Elle répondait aux questions de Romain Mazenod (RCF), Alain Baron (Radio Notre-Dame) et Laurent de Boissieu (La Croix).

La Croix: - Emmanuel Macron a accusé l’Italie de « cynisme » et d’« irresponsabilité » pour avoir fermé ses ports au navire humanitaire Aquarius. Qu’en pensez-vous ?

Annie Genevard : Ces propos sont indécents. L’Italie est en première ligne face à l’immigration massive. Elle n’en peut plus. Lui donner des leçons n’est pas responsable. De la part d’un chef de l’État, à l’égard d’un pays ami, fondateur de l’Europe, cela frise l’inconséquence.

Il faut aborder cette question sous un angle politique, pas seulement humanitaire. Aujourd’hui, les passeurs amènent directement les migrants sur les bateaux des ONG. Si des personnes sont en danger de mort, nous devons évidemment leur porter secours. Mais nous ne pouvons pas accueillir sans réserve. La solution ne peut venir que d’une approche concertée au niveau européen....

Lire la suite de l'article sur La Croix