« L’absence de garanties sur le niveau des pensions, le flou sur le financement, le sentiment que le gouvernement change toutes les règles mais ne règle rien, voilà qui méritait bien quelques semaines supplémentaires de débat ! »

Le Premier ministre a pris la décision de faire adopter sans vote à l’Assemblée la réforme des retraites. S’agit-il d’un coup de force ? Bien qu’expéditif, le procédé n’en reste pas moins conforme à notre Constitution. Mais le texte est une chose, le contexte en est une autre. Et si le premier offre au gouvernement des droits dont il peut user, le second lui créée des devoirs qu’il lui revient de respecter. Or c’est là où le bât blesse. En activant le 49.3, le gouvernement est dans son droit, mais compte tenu de l’enjeu, il manque totalement à ses devoirs.

A son devoir de clarté tout d’abord. L’absence de garanties sur le niveau des pensions, le flou sur le financement, le sentiment que le gouvernement change toutes les règles mais ne règle rien, voilà qui méritait bien quelques semaines supplémentaires de débat ! Tel est le sens de la motion de censure déposée par le groupe LR, comme de la position des sénateurs LR exigeant la fin de la conférence de financement avant l’examen du texte par le Sénat.

 

Lire la suite sur lopinion.fr

La Lettre Républicaine

Réforme des Retraites

200115 Damien Abad

Discours à la tribune de Damien Abad, Président du groupe : présentation de la motion de censure des députés Les Républicains.

Lire le Discours

Réforme des Retraites

200115 Damien Abad

Lettre de Damien Abad, Président du Groupe les Républicains de l'Assemblée nationale à Edouard Philippe, Premier Ministre.

Lire la lettre

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int