Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général des Républicains a rencontré jeudi 25 février à Toulouse une association qui vient en aide aux jeunes en précarité. À un an de la présidentielle, il défend le retour d’une droite populaire et sociale.

À droite, c’est l’homme qui monte. Jeune (34 ans), élu rural dans le Lot, progressiste, il incarne l’aile sociale chez Les Républicains où il est n° 3. Interview d'Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général des Républicains.

La Dépêche du Midi : Vous venez de présenter un plan contre la précarité liée au Covid. On n’attendait pas la droite sur ce sujet…

Aurélien Pradié : Combattre les injustices a toujours été l’ADN de la droite. Nous avons oublié que le Samu social de Paris c’est Jacques Chirac et Xavier Emmanuelli, le Smig a été une mesure portée par Georges Pompidou, la protection contre le surendettement c’est Jean-Louis Borloo et Christine Lagarde.

Que proposez-vous ?

Huit millions de Français ont aujourd’hui besoin de l’aide alimentaire pour se nourrir. Le gouvernement n’est pas à la hauteur : on ne peut pas répondre à la détresse étudiante avec des chèques psy et un repas à 1 € ! Nous proposons un chèque alimentaire de 150 € par mois pour aider les jeunes à acheter des produits locaux pendant un an.

 

Lire la suite sur ladepeche.fr