Le président LR de la commission des Finances de l'Assemblée, ancien ministre du Budget, critique la promesse de « paradis artificiels » que constitue, notamment, l'éventuelle annulation de la dette Covid. Il appelle à des réformes de structure pour bâtir une « croissance nouvelle » avec de « bons emplois ». Et tacle son parti, appelé à « dire la vérité aux Français ».

L'exécutif gère-t-il bien la crise économique ?

Pour ce qui est du plan de relance ou des finances publiques, on verra dans le temps. Mais l'urgence a été gérée assez efficacement. A part les toutes premières semaines un peu compliquées sur le chômage partiel ou les listes de secteurs à la Prévert dont beaucoup avaient au départ été oubliés, l'administration s'est bien mise en mouvement autour du soutien à l'économie, de manière plus efficace que l'administration de la santé.

 

Lire la suite sur lesechos.fr