François Cornut-Gentille, député Les Républicains de la Haute-Marne, publie un essai chez Gallimard, Savoir pour pouvoir. Sortir de l’impuissance démocratique.

LE FIGARO. - Comment relever la France au lendemain de la crise?

François CORNUT-GENTILLE. - Il y a des priorités économiques et sociales immédiates et l’on ne pourra pas rester durablement dans le vide actuel. Le débat s’engage sur les moyens d’en sortir, mais toutes les mesures envisagées ne seront pas compréhensibles si elles ne sont pas mises en perspective. La vraie priorité, plus profonde et plus lourde à mon sens, est de définir un nouvel espoir politique. Cette tâche est sans doute la plus difficile.

Quelles leçons retenez-vous des impuissances de notre pays?

Cette crise est un accélérateur, un miroir grossissant de toutes les faiblesses de l’État que l’on ne veut pas voir depuis près de trente ans. Mondialisation, immigration, environnement… 

 

Lire la suite sur lefigaro.fr