Le député LR du Vaucluse, Julien Aubert, et 40 élus Les Républicains expliquent dans une tribune pourquoi « Emmanuel Macron n’est ni gaulliste, ni de Droite ».

Voici la tribune de Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse, et de 40 élus de son parti sur le positionnement politique d'Emmanuel Macron :

« La réélection du chef de l’État ne conduirait qu’à une prolongation de l’immobilisme. L’objectif du général de Gaulle en 1958 était d’une part de doter la France d’institutions modernes, d’autre part de mettre fin au régime des partis. Le premier objectif de modernisation s’est fait en cohérence avec l’être profond de notre pays, à la fois monarchiste et révolutionnaire, en restaurant une légitimité démocratique autour de la personne du chef de l’État, nourrie d’un consentement populaire. Le second objectif visait à rendre au peuple le pouvoir souverain, sans mettre fin aux partis eux-mêmes en ce qu’ils incarnaient des sensibilités politiques.

En effet, le gaullisme, s’il se composait de plusieurs sensibilités, était l’émanation de la rencontre de l’esprit de la France libre avec la personnalité du général de Gaulle, imprégnée de catholicisme social. Cette alchimie avait fait adhérer au projet gaullien de fortes personnalités radicales (Jacques Chaban-Delmas) aussi bien que démocrates-chrétiennes (Edmond Michelet).

Cette synthèse gaullienne n’était nullement un opportunisme comme l’est le macronisme, qui ressemble plus au centrisme de la IIIème République qu’à autre chose. Central, sans être centriste, le gaullisme reçut un temps l’appui des libéraux-conservateurs giscardiens. Le rassemblement était fondé sur l’adhésion et non sur les débauchages, sur l’union et non sur l’éparpillement. Très respectueuse de l’héritage chrétien de la France, cette alchimie de 1958 l’était aussi du compromis laïc obtenue grâce à la loi de 1905. Elle rejetait le fédéralisme européen auquel concoure et adhère Emmanuel Macron. Elle se méfiait des tares liées à l’atlantisme de l’Otan. Elle assumait un conservatisme puisé chez Chateaubriand et armé d’un respect de la « décence commune », au sens anglo-saxon de l’expression. Elle refusait le pouvoir de l’argent, dénonçant à juste titre les « intérêts particuliers » face à l’intérêt général, qui ne saurait être une simple somme de ceux-ci.

 

Lire la suite sur lejdd.fr