S'il salue la réouverture des collèges et des lycées, le président du parti Les Républicains fustige l'absence de concertation avec les différents secteurs professionnels lors du reconfinement. Selon lui, la crise sanitaire « obligera vraisemblablement à décaler les élections » départementales et régionales prévues en mars de quelques mois.

Qu'auriez-vous fait de différent, aujourd'hui, pour endiguer la deuxième vague de Covid ?

Face à la circulation du virus , il fallait évidemment des mesures sanitaires très strictes. Mais on pouvait aujourd'hui éviter la désorganisation et l'incohérence dans lesquelles nous sommes. On est là sur un ratage complet du gouvernement : aucune anticipation, des annonces floues et ambiguës et sans aucune concertation. A tel point que le gouvernement est contraint à une session de rattrapage en annonçant qu'il va consacrer la semaine à rencontrer les différentes professions. Peut-être aurait-il été utile de le faire plus tôt, secteur par secteur.

 

Lire la suite sur lesechos.fr

 

ENTRETIEN - Selon le député LR des Alpes-Maritimes, le combat de la France contre l’islamisme doit changer de dimension et de cadre. L’État de droit actuel nous condamne à l’impuissance et à être les victimes de bourreaux terroristes.

LE FIGARO.- En moins de 15 jours, l’école et l’Église catholique ont été visées par des attentats islamistes. Est-on entré en guerre?

Éric CIOTTI.- Cette guerre nous a été déclarée depuis 2012. Avec les trois victimes de l’attentat de Nice, jeudi, nous déplorons désormais 269 de nos concitoyens victimes de l’islamisme. C’est une guerre qui ne va cesser de s’amplifier. Nous savons que d’autres attaques vont intervenir. La France est une des premières cibles au monde. Elle est l’héritière des Lumières, l’héritière d’une civilisation chrétienne, et porteuse d’une laïcité exigeante. La France a toujours exprimé avec courage dans le monde son combat pour les libertés. Encore aujourd’hui, la France est engagée dans plusieurs théâtres d’opérations extérieures pour combattre l’islamisme. Nous sommes malheureusement bien seuls dans ce combat au niveau européen.

 

Lire la suite sur lefigaro.fr

 

Après l’attaque terroriste qui a coûté la vie au professeur Samuel Paty, la mise en cause des réseaux sociaux revient au premier plan.

OUI / "Sortons de l'hypocrisie, l'anonymat est une invitation larvée à l'irresponsabilité"

a barbarie qui a fauché Samuel Paty a démontré non seulement l’expansion terrifiante de l’islamisme dans notre société, mais aussi la responsabilité des réseaux sociaux dans sapropagation virale. L’attentat de Conflans-Sainte-Honorine laisse entrevoir à une nation stupéfaite des organisations islamistes dématérialisées très actives, qui ont pour objectif de changer la France en y imposant la charia.

 

Lire la suite sur lexpress.fr

Le député LR des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, appelle Emmanuel Macron au "courage" et réclame un référendum pour modifier la Constitution.

Comment réagissez-vous à l’assassinat d’un professeur à Conflans-Sainte-Honorine?
Je suis sidéré et horrifié. Comment imaginer qu’en France, pays des lumières, un enseignant qui transmet les valeurs universelles de liberté soit décapité? Les Français sont abasourdis, mais aussi révoltés par la lâcheté qu’ils voient depuis des années face aux islamistes. Je suis aussi stupéfait de la faiblesse des condamnations des autorités religieuses musulmanes.

"Lâcheté" de qui ?
Lâcheté des pouvoirs publics qui, depuis près de 10 ans, ont laissé céder toutes les digues contre l’islamisme. Depuis trop d’années, l’islamisme avance ses pions, conquiert des territoires et des esprits, impose ses superstitions par la terreur.

 

Lire la suite sur le jdd.fr