logo-CP-Groupe-UMPVoilà un an, l'Assemblée nationale débattait de la Loi de Programmation Militaire. Il revenait à la Représentation Nationale de fixer les grandes orientations de notre Défense pour les 6 années à venir. Cette grande loi était censée incarner le Livre Blanc sur La Défense et la Sécurité nationale.

Il n'en était plus tout à fait question dans le scénario budgétaire retenu dans la LPM. Le gouvernement a prévu 190 milliards d'euros de dépenses sur 6 ans dont plus de 6 milliards d'euros de Recettes Exceptionnelles.

Les orateurs du Groupe UMP ont mis en garde le Ministre de la Défense sur l'extrême fragilité de ses prévisions budgétaires. Monsieur Le Drian nous indiqua à cette occasion qu'il avait « atteint un équilibre tel que, si l'on enlevait une brique de l'édifice, il s'effondrerait ».

Nous y sommes! Le budget 2015 est, à nos yeux, profondément insincère.

Quatre grandes incertitudes pèsent sur ce budget en trompe l'œil.

Les recettes exceptionnelles, fixées à plus du tiers en une seule année de la somme espérée sur 5 années sont factices. Jamais ces recettes exceptionnelles n'atteindront 2,3milliards d'euros. C'est sans compter le report de 3,4 milliards d'euros de charges du budget 2014 sur le budget 2015 qui va obérer nos capacités d'investissement et de renouvellement. Le matériel vieillissant et s'usant de manière accélérée, compte tenu des Opex en cours de nos armées va atteindre un point de rupture.

Plus grave encore, le Gouvernement semble vouloir créer des sociétés de droit privé qui seraient chargées d'équiper nos armées en leur louant le matériel nécessaire à leurs missions. Un grand ministère régalien ne peut pas s'engager à la légère dans cette voie.

Enfin, le Gouvernement n'a toujours pas répondu à une question simple : Comment va-t-il financer d'ici la fin de l'année 2014 le milliard d'euros de nos Opérations extérieures (OPEX) qui ne bénéficient que de 450 millions d'Euros de crédits.

Avant même le vote du budget de la Défense, il manque donc entre 5 et 7 milliards d'euros au budget 2015 !

C'est la capacité de nos militaires à protéger les Français qui est en jeu. Faute d'une volonté européenne qui fait cruellement défaut, la France doit souverainement faire le choix de plus d'armée !

Nous disons stop aux petits bricolages comptables et aux manipulations budgétaires.

Nous appelons solennellement le Président de la République, chef des armées, à s'inscrire dans l'héritage de ses prédécesseurs qui ont toujours eu à cœur de transmettre une armée française en capacité d'agir et de se projeter partout où les intérêts de la France sont menacés.

Il s'agit là d'une responsabilité personnelle du Chef de l'Etat, Chef des Armées, et il lui revient de l'assumer devant nos militaires et surtout devant le peuple français.

Sans ce sursaut budgétaire, la France aura demain une Armée de seconde division.

Nous ne pouvons nous y résoudre en silence....

FILLON FrançoisEXCLUSIF - Alors qu'il qualifie de «tentatives de déstabilisation» ce qui est devenue l'affaire Jouyet-Fillon, l'ancien premier ministre livre en exclusivité pour le Figaro Magazine ses propositions sur l'immigration. Extraits.

François Fillon propose que la politique d'immigration «devienne, au même titre que la politique économique ou de défense, une politique d'Etat».

«Je propose donc que le Parlement organise un débat chaque année sur la politique nationale d'immigration, sur le nombre d'immigrés que nous pouvons accueillir, les qualifications professionnelles et les régions du monde vers lesquelles on veut se tourner».

Lire la suite sur le site du Figaro

DASSAULT OlivierVoilà onze ans, Nicolas Baverez publiait son éclatante et glaçante analyse du déclin français,la France qui tombe. Voilà quarante années que ce thème du déclin français est sur la table, manié avec peu de précautions par les majorités et les minorités qui se succèdent, dans l'optique de faire porter à l'autre la responsabilité de ses propres renoncements, enfonçant tous les jours un peu plus les Français dans ce sentiment de désespoir. Regarder les problèmes en face ne doit pas signifier se complaire dans un masochisme national.

Chômage de masse, État endetté, tentaculaire, inefficace et obèse, identité en berne, communautarisme aux portes de la cité, armées réduites à une peau de chagrin, solitude européenne et internationale : la France serait un anachronisme à elle seule qu'il serait urgent de dissoudre.

Lire la suite sur le site de Valeurs Actuelles

FASQUELLE DanielINTERVIEW - Pour Daniel Fasquelle, député (UMP) proche de Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Jouyet doit s'expliquer.

Membre de l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, le député (UMP) du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle dit «vouloir croire aux fortes dénégations de François Fillon». Comme Henri Guaino, qui demande à Jean-Pierre Jouyet de «s'expliquer»,il estime que si celui-ci a réellement porté ces accusations contre l'ancien Premier ministre, «cela signifierait que l'Elysée a voulu déstabiliser l'opposition».

Que vous inspirent les révélations des deux journalistes du Monde en passe de devenir une affaire Fillon-Jouyet ?

Cette affaire de plus est surtout une affaire de trop. Les Français en ont assez, nous devons prêter attention à ce climat, car cela rejaillit sur toute la classe politique. Ces révélations laissent aussi entendre que le pouvoir politique aurait pu interférer sur le cours de la justice.

Lire la suite sur le site de Libération

FILLON FrançoisINTERVIEW - En exclusivité pour le JDD, François Fillon réagit aux révélations des deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qui prétendent que l'ancien Premier ministre aurait sollicité l'exécutif pour accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy.

Avez-vous demandé à M. Jouyet de faire en sorte que l'Élysée accélère les poursuites judiciaires contre Nicolas Sarkozy?

Stop aux boules puantes! Il y a cinq mois, un hebdomadaire m'accusait d'avoir rencontré dans le plus grand secret François Hollande à l'Élysée. Ce qui s'est bien entendu révélé être un mensonge.

Lire la suite sur le site du JDD

LEFEBVRE FrédéricMes chers compatriotes,

Vous souffrez. Vous doutez. Vous ne croyez plus en l'avenir. Vous ne faites plus confiance aux décideurs politiques. Si vous entendez la musique politique, vous n'écoutez plus les paroles. D'autant que le disque est rayé. Comme je vous comprends...

La campagne pour la présidence de ma famille politique aurait dû être l'occasion de dessiner une nouvelle espérance. Elle n'est, pour l'heure, que la traduction d'arrière-pensées, de double langage. L'occasion de montrer les muscles. Le prétexte à un florilège de noms d'oiseaux.

A trois semaines du scrutin, il est temps de se ressaisir. Cette foire d'empoigne qui se déroule au mieux dans l'indifférence générale, au pire dans la défiance totale, peut et doit laisser place à des propositions d'application immédiate. Vous êtes prioritaires. Vous n'avez pas le temps d'attendre 2017...

Lire la suite sur le site de l'Opinion