APPARU BenoistBenoist Apparu (Député UMP de la Marne, président de l'Office public de l'habitat de Châlons-en-Champagne et ex-ministre du Logement)

Vous présenterez, lors du congrès des HLM, vos propositions pour le logement. Quel bilan faites-vous de la situation, notamment dans le logement social ?

Les mesures annoncées par Manuel Valls fin août peuvent stopper la chute du marché du logement neuf. Mais pour le faire repartir, il faut des mesures plus puissantes et des réformes structurelles. Notamment dans le logement social, afin d'assurer un financement pérenne sur les quinze prochaines années, permettant de construire de 100.000 à 150.000 logements sociaux par an et de poursuivre la rénovation urbaine dans les quartiers dégradés.

Lire la suite sur le site des Echos

AlainJuppéInvité du grand rendez-vous Europe 1-Le Monde-iTélé, dimanche 21 septembre, Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien premier ministre, a redit sa détermination à être candidat à des primaires ouvertes en 2016, en vue de la présidentielle de 2017.

Etes-vous toujours candidat à l'Elysée ?

Vous croyez que j'ai changé d'avis depuis un mois ? J'ai dit de façon très claire que j'étais candidat aux primaires de la droite et du centre. Je ne suis pas une girouette. Si j'ai dit ça, c'est parce que j'y avais réfléchi, parce que j'en avais envie. Je vais aller jusqu'au bout. Je sais bien qu'aujourd'hui le match a commencé et que le tacle commence. On essaie de faire croire que je n'irai pas jusqu'au bout. Je vais en apporter la démonstration. Vous le verrez en 2016 et 2017.

Lire la suite sur le site du Monde

MARITON HervéQu'attendez-vous du discours de Manuel Valls ?

Un aveu, celui de l'échec de presque trente mois de politique économique. Une reconnaissance, celle d'un autre chemin, de l'entreprise et de la compétitivité, et une pédagogie. Je n'attends pas de miracle sur le premier point, je crains l'ambiguïté sur le deuxième et, donc, la pédagogie sera insuffisante, mais tout ce qui est pris est bon à prendre. Au fond, la combinaison de l'état du monde, de l'échec de la gauche et la conversion, certes incertaine de Manuel Valls, peuvent puissamment aider les Français à ouvrir les yeux sur la réalité. Manuel Valls ne les aura pas convertis au libéralisme comme je l'aurais voulu, mais il y a quand même une avancée. J'attends qu'il assume devant eux la réalité.

Lire la suite sur le site des Echos

FILLON François

« J'achève un déplacement de trois jours en Irak au cours duquel j'ai visité plusieurs camps de réfugiés.

A cinq heures de vol de Paris, on assassine des enfants, des vieillards, des handicapés, on vend des femmes sur le marché! Nous sommes en présence, non pas d'un «simple» conflit régional, mais d'un crime contre l'humanité.

J'ai entendu des témoignages poignants, révoltants. La décapitation des otages nous a révoltés, mais elle n'est, sur place, qu'une horreur parmi d'autres.

Parmi tous les réfugiés, beaucoup de victimes sont de confession chrétienne.

Lire la suite sur le site de La Croix

FILLON FrançoisINTERVIEW - De retour d'une visite auprès des réfugiés chassés par l'État islamique en Irak, François Fillon craint une contagion en Europe.L'ancien premier ministre vient de conduire une délégation de l'UMP à Bagdad et à Erbil dans le Kurdistan irakien.

Le FIGARO - Que faire pour lutter contre les exactions des djihadistes en Irak ?

François FILLON - On ne peut répondre que par la force au danger et à la menace que représentent ces djihadistes, organisés, suréquipés. Il y a des milliers d'apprentis terroristes étrangers qui se sont engouffrés dans leur combat fanatique. On ne peut pas les laisser faire et ignorer leur crime, non! Barbarie, cynisme, violences inouïes... C'est une sorte de fascisme intégriste où tout opposant mérite la mort. Sans parler de l'esclavage ou de la traite des femmes... À cinq heures de vol de Paris, on vend des femmes sur le marché et on s'en vante! On assassine des enfants, des vieillards, des handicapés... C'est une question de civilisation. C'est l'humanité qui est interpellée par cette violence radicale. J'appelle donc à la force et à une réponse militaire puissante! Le président Obama a raison quand il dit qu'il faut éradiquer l'État islamique, car c'est l'alerte rouge en Irak. Cette menace pèse désormais sur le monde entier.

Lire la suite sur le site du Figaro