ESTROSI ChristianLe député-maire de Nice Christian Estrosi a annoncé mardi avoir demandé la mise en place "le plus tôt possible" d'une mission d'information à l'Assemblée nationale sur la réforme des rythmes scolaires, "mise en oeuvre de manière précipitée" et "sans aucune concertation".

"J'ai décidé de saisir par courrier Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, et Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, afin qu'une mission d'information de l'Assemblée nationale sur la réforme des rythmes scolaires soit mise en place le plus tôt possible", indique-t-il dans un communiqué. Il souhaite que soit évalué "l'impact de cette réforme sur l'ensemble des communes qui l'ont mise en place depuis la rentrée, notamment en terme pédagogique, organisationnel et financier".

Selon le député, "cette réforme lancée par le gouvernement sans aucune concertation et mise en oeuvre de manière précipitée aboutit à de nombreuses protestations, des élus, des parents d'élèves, des enseignants, animateurs et intervenants".

M. Estrosi estime qu'"aujourd'hui, les élèves ont perdu tout repère et sont totalement désorientés par cette réforme".

Il note par ailleurs que "le coût de cette réforme pour les communes (...) est de l'ordre de 600 millions d'euros" et que "l'Etat, qui n'a prévu aucun fond pour l'application de la réforme à la rentrée 2014, ne compensera pas ce coût et conduira à faire payer les familles".

Le ministre de l'Éducation Vincent Peillon a défendu lundi, lors d'une visite à Grenoble, sa réforme. "On va corriger ce qui ne va pas", a-t-il indiqué, parlant d'une "réforme longue" à laquelle il faut "laisser le temps de s'installer".