JACOB ChristianLe chef de file des députés UMP Christian Jacob a considéré mardi que la polémique sur Ecomouv', société chargée de recouvrer l'écotaxe, était "un écran de fumée des socialistes", assurant qu'il n'y avait "pas de problème à l'UMP" sur le sujet.

Estimant que "les socialistes ne savent plus quel écran de fumée inventer", M. Jacob a lancé, lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale: "Le sujet de fond est que les Français crèvent sous l'impôt".

Alors que le président de l'UMP Jean-François Copé a jugé "aberrant" le coût de collecte prévu par le contrat, le président des députés UMP a déclaré qu'on lui avait fait part de "coûts comparables avec les pays voisins" et a insisté sur la procédure d'attribution du marché "jugée conforme par le Conseil d'Etat" après le recours d'un concurrent évincé.

Comme on lui demandait si les propos de M. Copé n''étaient pas un tacle contre l'ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet, M. Jacob a affirmé qu'il n'y avait "pas de problème à l'UMP". "Sur les 200 députés UMP, les uns ou les autres peuvent avoir une sensibilité particulière, mais nous sommes unanimes pour combattre la gauche et le matraquage fiscal", a-t-il dit.

Interrogé sur une commission d'enquête parlementaire sur le contrat avec Ecomouv', le député-maire de Provins a rétorqué: "Que les socialistes se débrouillent, qu'ils mettent cette commission d'enquête, ils cherchent un écran de fumée comme sur l'affaire Cahuzac, mais le problème est leur politique! Ils sont dans le toboggan et le sable arrive chaque jour plus vite".

A ses yeux, "ce qui se passe en Bretagne peut se passer partout en France et c'est extrêmement grave. Les Français en ont ras-le-bol que chaque jour les socialistes inventent un impôt nouveau".

"On ne justifie jamais des actes de violences. En revanche à certains moments, on comprend la colère d'agriculteurs ou d'artisans au bout du rouleau, qui n'en peuvent plus d'être matraqués sur le plan fiscal", a déclaré cet ancien président du Centre national des jeunes agriculteurs.

Il a aussi attaqué Stéphane Le Foll, "ministre de l'Agriculture inexistant, qui ne se préoccupe des sujets agricoles que lorsque les sous-préfectures sont en feu. Il ne s'est pas préoccupé de la question des restitutions", aides européennes à l'exportation pour les petits poulets congelés supprimées par Bruxelles.