MARSAUD AlainInvité du « Talk Orange-Le Figaro » , Alain Marsaud s'est félicité de l'engagement de la Brigade franco-allemande au Mali, annoncé mercredi lors du sommet franco-allemand de défense et de sécurité à Paris. "Cela nous soulagera un petit peu, même si nous restons dans la symbolique" , a affirmé le député des Français de l'étranger. Il s'agit du premier déploiement en Afrique de cette unité créée il y a un an, qui s'intégrera dans la mission européenne EUTM-Mali de formation des forces armées maliennes.

Alain Marsaud s'est montré, en revanche, pessimiste sur la situation en Centrafrique, d'où il rentre. Contrairement à ce que souhaite la présidente par intérim, Catherine Samba-Panza, "on ne pourra pas tenir des élections en 2015" , pronostique l'ancien juge antiterroriste qui dresse un constat sombre de la situation. "Le pays n'existe plus. En province, les préfectures ont été rasées. On ne paie plus un seul fonctionnaire. La Centrafrique est dans un état semblable à Haïti il y a quelques années".

Mardi prochain, le député de l'opposition votera "sans état d'âme" avec la majorité le maintien de l'opération « Sangaris ». "J'ai été l'un des premiers à alerter nos autorités sur l'urgence qu'il y avait à intervenir en Centrafrique au nom de la défense des Français" sur place, qui ne sont plus que 600, contre le double il y a trois mois. Mais "il est, selon lui, urgent que l'on passe à une mission de maintien de la paix sous drapeau onusien" , dans la mesure où la France n'a plus les moyens de financer une telle opération, qui suscite les plus grandes réserves de pays européens, comme ceux du nord du Vieux Continent. "On a pensé qu'on était en présence de quelques coupeurs de routes et de malfaisants qu'on allait mater en envoyant quelques troupes d'infanterie de marine. On s'est effectivement trompé" , reconnaît Alain Marsaud, qui ne condamne pas pour autant le gouvernement. "On est engagé en Centrafrique pour bien longtemps, mais on ne pourra pas le faire seul. Je souhaite une unité nationale sur la question", a souligné le député des Français de l'étranger.