INTERVIEW + VIDEO. Le président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale appelle le gouvernement à profiter de la croissance pour réduire la dépense publique. Il sonne l'alerte sur la compensation de la taxe d'habitation.

Les Echos: - Vous félicitez-vous comme le gouvernement de la baisse inédite du déficit ?

Eric woerth: - Oui la France va mieux. Le contraire serait étonnant avec 2 % de croissance. Cela donne beaucoup d'oxygène ; 2 points de croissance et 1 point d'inflation, c'est 40 milliards de recettes supplémentaires. Ce sera 45 milliards à la fin de l'année avec les recettes de l'impôt sur les sociétés. Cela change la donne. Cela améliore automatiquement les comptes publics.

Il y a une embellie, mais pas une embellie sur les dépenses. La vérité, c'est qu'il ne faut pas avoir la tête qui tourne parce que nous avons un retour de la croissance, portée par la croissance mondiale et européenne. Il faut plus que jamais en profiter pour réduire la dépense car pendant ce temps-là, la dette continue à augmenter.

Mais où faut-il réduire les dépenses ? La droite n'y est pas toujours favorable...

D'abord, le gouvernement n'a pas commencé à réduire les dépenses. Bien au contraire puisqu'il les augmente 2,5 fois plus vite qu'en 2016. Les dépenses de fonctionnement sont très fortes et les rémunérations explosent. Le gouvernement actuel n'est pas le seul responsable, il y a aussi les décisions du quinquennat précédent...

Voir l'interview sur Les Echos