Le député et président de la commission d'enquête sur les attentats annonce, lundi dans Politique matin, qu'il votera la prolongation de l'état d'urgence voulue par Manuel Valls. Une mesure qu'il juge, néanmoins, sans véritable efficacité dans la lutte contre le terrorisme : "L'état d'urgence existait au moment où l'attentat de Nice a été commis (...) Sur les quelques 4 000 perquisitions administratives, très peu, 4 ou 5, ont un lien lointain avec le terrorisme..."

Voir la vidéo sur LCP