GOASGUEN ClaudeLe député UMP de Paris ne croit pas à une recomposition du paysage politique.

OPPOSITION - Le centre viendra-t-il au secours de Manuel Valls si la gauche du PS le lâche ? Claude Goasguen n'y croit pas une seconde. "Ce que je constate, c'est que l'UMP est en train de se restructurer, et c'est tant mieux, et que le Parti socialiste est en train de se déstructurer, et c'est aussi tant mieux", a-t-il affirmé jeudi au "Talk Orange-Le Figaro". Le député UMP de Paris ne voit pas de désaccords idéologiques entre le gouvernement et sa majorité, malgré les procès en "dérive libérale" intentés au premier ministre et au ministre de l'Économie. Selon lui, "ni les frondeurs du PS, ni Manuel Valls, ni Emmanuel Macron ne connaissent vraiment le libéralisme. Leurs contentieux sont purement politiciens : quand les socialistes français parlent de social-démocratie, ça fait moderne, mais leur vision est celle de la social-démocratie à l'allemande avant Gerhard Schröder. Ils ont oublié que Schröder l'a complètement changée !"

Voir la vidéo sur le site de Orange

sud-radioChristian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, était l'invité politique de Sud Radio ce mercredi 22 octobre.

Interrogé sur la remise, ce mercredi 22 octobre, par François Hollande de la grand-croix de l'ordre du Mérite à Manuel Valls, Christian Jacob explique : "A partir du moment où l'on exerce les fonctions de Premier ministre et où l'on accède à Matignon, c'est une tradition." Il précise être "très attaché à l'ordre national du Mérite". Le fait que l'on décore le Premier ministre "n'est pas anodin"selon lui – "On n'accède pas à Matignon par hasard".

Mais, si Christian Jacob respecte la fonction, il est moins compréhensif avec la politique menée par Manuel Valls. "Tant qu'on est dans le verbe et dans l'image, tout va bien, mais quand il s'agit de passer à l'action, il n'y a plus personne", estime-t-il.

ecouter-podcastEcouter l'émission

Lire l'article sur le site de Sud Radio

rtlInvité à RTL, le président du groupe UMP se dit scandalisé par la volte-face de François Hollande sur les allocations familiales. Il demande à l'UMP de s'engager en faveur d'un retour à l'universalité des allocations familiales en cas de victoire en 2017.

Christian Jacob défend le modèle social français. Le président du groupe UMP à l'Assemblée demande à son parti de prendre l'engagement de revenir à l'universalité des prestations familiales si elle revient au pouvoir en 2017. "L'UMP doit prendre l'engagement de rendre les allocations familiales à nouveau universelles en cas de victoire", affirme le député de Seine-et-Marne.

Après avoir longtemps défendu le principe d'universalité des allocations familiales, en tant que candidat à la présidentielle et après son élection, François Hollande a fini par donner son aval à la modulation de ces prestations en fonction des revenus par le truchement d'un amendement au Budget de la Sécurité sociale. Une volte-face qui scandalise Christian Jacob.

Voir la vidéo sur le site de RTL

WOERTH EricPour l'ancien ministre du Budget et du Travail, la réforme du marché du travail doit être menée de front avec la réduction des déficits.

LA FRANCE échappera aux sanctions de Bruxelles. C'est la conviction d'Éric Woerth, député UMP de l'Oise, qui était l'invité mercredi du "Talk Orange-Le Figaro". Mais l'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy ajoute aussitôt  : "Il y a pourtant toutes les raisons de sanctionner le pays." "Aucun de nos engagements n'est tenu, estime-t-il. Il n'y a pas de politique de la réduction de la dépense et un déficit chronique qui ne baisse pas." "La France, c'est l'ultra-déficit", juge encore Éric Woerth, avant d'ajouter, avec une pointe d'humour  : "Si les déficits créaient la croissance, on serait des champions de la croissance."

Les solutions pour remédier à cette situation ne manquent pourtant pas à en croire le député maire de Chantilly. "Code du travail, finances publiques, dérégulation, tout cela se tient", énonce-t-il en prônant des réformes globales et menées de front.

Voir la vidéo sur le site de Orange

rfiLa Commission européenne fera bientôt connaître son avis sur le projet de budget 2015 de la France. Certaines rumeurs indiquent qu'en l'état actuel elle ne le juge pas acceptable : trop de déficit, pas assez d'économies, pas assez de réformes. Bruxelles voudrait bien que la France trouve les moyens de faire 8 milliards d'euros d'économies supplémentaires, ou éventuellement trouve 8 milliards de recettes supplémentaires. Frédéric Rivière reçoit Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale et député de Seine-et-Marne.

Regarder la vidéo sur le site de rfi

JACOB ChristianChristian Jacob, député UMP de Seine-et-Marne et président du groupe UMP à l'Assemblée nationale était l'invité de Nicolas Beytout sur le plateau de l'Opinion.

Il est revenu, entre autres, sur le budget 2015 qu'il estime « catastrophique » et la baisse des impôts qu'il a qualifiée de « mascarade ».

 

Regarder la vidéos sur le site de l'Opinion