FILLON François

« J'achève un déplacement de trois jours en Irak au cours duquel j'ai visité plusieurs camps de réfugiés.

A cinq heures de vol de Paris, on assassine des enfants, des vieillards, des handicapés, on vend des femmes sur le marché! Nous sommes en présence, non pas d'un «simple» conflit régional, mais d'un crime contre l'humanité.

J'ai entendu des témoignages poignants, révoltants. La décapitation des otages nous a révoltés, mais elle n'est, sur place, qu'une horreur parmi d'autres.

Parmi tous les réfugiés, beaucoup de victimes sont de confession chrétienne.

Lire la suite sur le site de La Croix

FILLON FrançoisINTERVIEW - De retour d'une visite auprès des réfugiés chassés par l'État islamique en Irak, François Fillon craint une contagion en Europe.L'ancien premier ministre vient de conduire une délégation de l'UMP à Bagdad et à Erbil dans le Kurdistan irakien.

Le FIGARO - Que faire pour lutter contre les exactions des djihadistes en Irak ?

François FILLON - On ne peut répondre que par la force au danger et à la menace que représentent ces djihadistes, organisés, suréquipés. Il y a des milliers d'apprentis terroristes étrangers qui se sont engouffrés dans leur combat fanatique. On ne peut pas les laisser faire et ignorer leur crime, non! Barbarie, cynisme, violences inouïes... C'est une sorte de fascisme intégriste où tout opposant mérite la mort. Sans parler de l'esclavage ou de la traite des femmes... À cinq heures de vol de Paris, on vend des femmes sur le marché et on s'en vante! On assassine des enfants, des vieillards, des handicapés... C'est une question de civilisation. C'est l'humanité qui est interpellée par cette violence radicale. J'appelle donc à la force et à une réponse militaire puissante! Le président Obama a raison quand il dit qu'il faut éradiquer l'État islamique, car c'est l'alerte rouge en Irak. Cette menace pèse désormais sur le monde entier.

Lire la suite sur le site du Figaro

MARITON HervéHervé Mariton était hier l'invité de l'émission « Face aux chrétiens », animée par Frédéric Mounier, coproduite par KTO.

Il répondait aux questions de Romain Mazenod (RCF), Alain Baron (Radio Notre-Dame) et Laurent de Boissieu (La Croix).Il vient de publier Le bonheur regarde à droite (Cerf, 12 €).

La Croix: Quelle est la particularité de votre candidature à la présidence de l'UMP ?

Hervé Mariton : Président de l'UMP, je ne serais pas candidat à la primaire. Comment voulez-vous qu'un président de l'UMP candidat à la primaire aille jusqu'au bout de la transparence et de la réorganisation nécessaires? L'affaire Bygmalion pose des questions sur le financement de la campagne présidentielle. Nicolas Sarkozy président de l'UMP qui poserait des questions à Nicolas Sarkozy ancien candidat à l'élection présidentielle, c'est un peu compliqué... Le redressement de l'UMP est indispensable si nous voulons être crédibles pour redresser la France.

Lire la suite sur le site de La Croix

LEONETTI JeanLe débat entre partisans et opposants à la Gestation pour autrui (GPA) fait rage. Il devrait s'amplifier à la rentrée.

Les faits - Jean Leonetti a signé une proposition de loi qui vise à sanctionner d'une peine de prison et d'une amende les parents recourant à la Gestation pour autrui (GPA), en France ou à l'étranger. Il estime que dans notre pays, alors que ce type de contrat est interdit, aucune sanction n'est prévue pour ceux qui bravent cette interdiction. Un vide juridique que le député UMP, auteur, en 2005, de la loi sur les droits des malades et la fin de vie, veut combler.

Jusqu'à présent, en France, le droit prime sur la vérité biologique. Pas question donc d'inscrire à l'état-civil des enfants nés de mères porteuses à l'étranger, même si cela s'est fait dans des pays où la Gestation pour autrui (GPA) est autorisée, et même si la filiation biologique avec le père, français, est établie. Ceci parce que l'article 16 de notre Code civil frappe de nullité absolue les contrats de GPA, et parce que la jurisprudence, de l'officier d'état civil à la Cour de cassation, est constante sur ce point.

Lire la suite sur le site de l'Opinion

ACCOYER BernardInvité à commenter la stagnation de l'économie française au premier trimestre 2014, le ministre des Finances a récemment tenu ce propos définitif et irresponsable : « Ce n'est pas grave mais cela conforte toute la politique que nous menons aujourd'hui ». A-t-il seulement conscience du danger qui menace notre pays ? Dépourvue de tonus, l'économie française continue à faire du surplace.

Lire la suite sur le site des Echos

Conférence de presse du Président Damien Abad

Conférence de presse de Damien Abad - Mardi 12 novembre 2019
Conférence de presse de Damien Abad - Mardi 12 novembre 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int