Président de la commission des Finances de l'Assemblée, ancien ministre du Budget, Eric Woerth critique le « revirement » d'Emmanuel Macron, qui « passe d'un coup d'une politique de l'offre clairement assumée à une politique de la demande qui l'est moins ». « On ouvre les vannes et on dépense l'argent qu'on n'a pas », s'inquiète-t-il. Pour lui, le « ballon d'oxygène » des taux d'intérêt bas devrait être « exclusivement consacré à la réduction de la dépense publique et à l'investissement ».

Les Echos: - Gérald Darmanin vante un « budget de pouvoir d'achat ». Est-ce que le compte y est ?

Eric Woerth: - Mais où est passé le Darmanin des débuts du quinquennat, celui qui n'avait pas de mot assez fort pour célébrer le « sérieux budgétaire » du gouvernement ? Quel revirement ! En trois budgets, on passe d'un coup d'une politique de l'offre clairement assumée à une politique de la demande qui l'est moins…L'acte II du quinquennat, c'est l'acte de décès de la priorité donnée aux finances publiques. Parler de « budget de pouvoir d'achat », c'est une façon positive de présenter un budget de dépenses publiques, de renoncement, construit sur les sables mouvants de la dette et de la croissance. C'est du court-termisme et c'est inquiétant : la France dépense plus que ce qu'elle gagne et investit peu. Il y a certes eu une crise sociale à laquelle l'exécutif ne pouvait rester sans réponse, mais des crises, il y en aura d'autres…

Lire la suite sur Les Echos

Pour Christian Jacob, président du groupe au Palais-Bourbon, le débat sur l'immigration est un « leurre ».

Paris Match: - Le 30 septembre aura lieu à l’Assemblée un débat sur l’immigration. Opportunité ou piège pour la droite ?

Christian Jacob: - Un moment où les masques vont tomber. Jamais la France n’a été aussi laxiste en matière d’immigration. Le nombre de demandes d’asile est de 123 000 en 2018 [+ 26 % depuis 2016], alors qu’il baisse partout en Europe. Trente-trois mille demandes ont été acceptées, mais que signifie ce chiffre lorsqu’on sait que 90 % des déboutés restent sur le territoire ? Que dire aussi des 262 000 titres de séjour accordés en 2018 [un record depuis plus de quarante ans] ? Emmanuel Macron agit de façon cynique. Il multiplie les déclarations d’intention mais se garde bien de prendre des mesures concrètes. C’est le pompier pyromane.

Faut-il réformer l’aide médicale d’Etat ? Mieux encadrer le droit d’asile ? Mettre en place des quotas d’immigration ?

Je suis favorable à des quotas et à une réforme totale de l’AME, devenue un puits sans fond. Pourquoi aussi ne pas mieux encadrer les reconduites à la frontière des déboutés du droit d’asile ? Au pouvoir depuis deux ans et demi, le président doit maintenant agir...

 

Consulter la suite de l'article sur ParisMatch

INTERVIEW - Le député des Alpes-Maritimes accuse le chef de l’État de ne pas s’attaquer aux «causes» de l’islam politique en France.

LE FIGARO. - Emmanuel Macron se montre à l’offensive sur le dossier de l’immigration. Est-ce un bon signe?

Éric CIOTTI. - Depuis deux ans et demi Emmanuel Macron a laissé exploser l’immigration dans notre pays par son inaction. À la veille d’échéances électorales, il semble s’en rendre compte. Une nouvelle fois, comme pour les retraites, cela relève-t-il de la simple posture de communication? En tout cas, notre pays n’a pas besoin de paroles mais d’actes concrets et forts. Je suis très sceptique sur sa réelle volonté. On entendait la même chose au moment de la loi Collomb sur l’asile et l’immigration, qui s’est révélée un tigre de papier! Hélas, je n’attends pas grand-chose non plus d’un débat parlementaire où rien ne se décidera puisqu’il n’y aura pas de vote...

Lire la suite de l'interview sur Le Figaro

Conférence de presse du Président Damien Abad

Conférence de presse de Damien Abad - Mardi 12 novembre 2019
Conférence de presse de Damien Abad - Mardi 12 novembre 2019

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int