qg

Chaque semaine durant la session ordinaire, deux séances d'une heure sont consacrées aux questions au gouvernement, les mardis et mercredis après-midi. Ce temps est réduit à une seule séance hebdomadaire d'une heure lors des sessions extraordinaires.

Ces questions, dont la durée est de 4 minutes réponse du ministre comprise, concernent principalement les sujets de politique générale. Leur sujet est libre et, n'étant généralement pas déposées, elles conférent une grande spontanéïté au déroulement de ces séances. Elles sont réparties sur le même principe que les questions orales sans débat, alternant les interventions de l'opposition et de la majorité.

LURTON Gilles

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT - MARDI 21 JUILLET 2020

Cumul des mandats

Question de M. Gilles Lurton à M. Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement


M. le président. Avant de vous céder la parole, monsieur Lurton, je tiens à vous féliciter pour votre élection à la tête de la municipalité de Saint-Malo et vous adresser tous nos vœux de succès. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR et sur plusieurs bancs des groupes LaREM, MODEM, UDI-I et LT.) Notre assemblée perd en vous un excellent collègue, mais je me console à la pensée que la Bretagne y gagne.

Vous avez la parole, cher collègue.

M. Gilles Lurton. Merci, monsieur le président.

Monsieur le Premier ministre, avant de quitter dans quelques jours les bancs de cette assemblée pour assumer pleinement mes fonctions de maire de Saint-Malo et de président de Saint-Malo Agglomération, je souhaite témoigner de tout le bonheur que j’ai ressenti à siéger ici pendant huit années.

Ici même, dans cet hémicycle, j’ai pu participer pleinement, dans le respect de mes convictions, à l’élaboration des lois, pendant presque deux quinquennats. Oui, j’ai la prétention de le dire publiquement, le travail accompli au cours de ces mandats avec l’ensemble de mes collègues de la commission des affaires sociales mais également avec l’ensemble des groupes composant cet hémicycle, a contribué à faire évoluer les lois et à réaliser au mieux ce que je crois bon pour le peuple français. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR et sur quelques bancs des groupes LaREM, MODEM et SOC.)

Je l’ai fait pour les anciens combattants d’Algérie.

M. Pierre Cordier. Mais on t’a piqué ta proposition de loi !

M. Gilles Lurton. Je l’ai fait aussi pour les familles de notre pays et sur tant d’autres sujets. Oui, je suis fier de représenter ici le peuple français et de traduire ses attentes dans la loi. Je souhaite que le rôle démocratique de notre assemblée et l’indépendance du pouvoir législatif continuent d’être respectés par le Gouvernement.

Cette dernière question est l’occasion de pointer une erreur constitutionnelle que je considère comme majeure : la suppression de la possibilité d’être député-maire, alors même que ces deux mandats avaient tout pour garantir la reconnaissance de la légitimité du peuple français dans l’élaboration de la loi. (Applaudissements sur les bancs des groupes LR et LT ainsi que sur quelques bancs des groupes LaREM, MODEM et SOC.) Comment comprendre que les parlementaires ne puissent pas exercer le mandat de maire quand les ministres le peuvent ? (Applaudissements sur les bancs des groupes LR et LT.)

Monsieur le Premier ministre, vous nous avez dit vouloir être le Premier ministre des territoires. Je formule le vœu que vous n’oubliiez pas les territoires de notre pays et leur très grande diversité. Je viens d’un territoire situé entre le Mont-Saint-Michel et Saint-Briac-sur-Mer, qui comprend Cancale, Dinard et Saint-Malo, un territoire de marins, sachant que, plus que jamais, l’économie maritime a besoin de tout le soutien du Gouvernement. Le retour d’un ministère de la mer après trente années d’absence constitue un encouragement fort.

Comment comptez-vous concilier demain votre politique avec la diversité des besoins des territoires de notre pays ? (Applaudissements sur les bancs des groupes LR et LT ainsi que sur quelques bancs des groupes LaREM et MODEM.)

M. le président. La parole est à M. le secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement.

M. Fabien Di Filippo. Nous voulons Jean Castex !

M. Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement. Au nom du Gouvernement, je veux vous féliciter, monsieur Lurton, pour votre élection…

M. Fabien Di Filippo. Dont le résultat a été très clair ! Ce n’est pas aux députés de la majorité que cela arriverait !

M. Gabriel Attal, secrétaire d’État. …et vous souhaiter d’exercer un beau mandat au service des habitants de votre commune. Vous avez été très engagé au sein de la commission des affaires sociales, notamment sur les questions d’emploi et de formation. Chacun ici se souviendra de vos interventions sur ces sujets.

Tout en étant très large, votre intervention comportait assez peu de questions. Vous avez évoqué, à la fin de votre propos, la prise en compte de la diversité de nos territoires. Je crois que, dans le cadre du mandat confié par le Président de la République à ce gouvernement, tel qu’il a été détaillé par le Premier ministre dans sa déclaration de politique générale, il est très clair que l’ensemble de notre action s’attachera, du premier au dernier jour et du matin au soir, à tenir compte de cette diversité, dans une logique de différenciation, mais aussi d’innovation, de créativité de chacun de nos territoires, de mise en valeur des atouts du territoire et des territoires français.

 

Vous avez évoqué l’enjeu très important de l’économie maritime, de la croissance bleue. Ce gouvernement a recréé un ministère de plein exercice chargé de la mer. C’est un progrès pour les territoires comme celui que vous représentez. Dans ce domaine, les opportunités et les perspectives en matière de croissance et de biodiversité sont très fortes pour notre pays. Le Président a eu l’occasion d’exprimer une ambition maritime pour la France dans un discours très important prononcé à la fin de l’année 2019.

M. Pierre Cordier. Ça fait trois ans que vous êtes au pouvoir !

M. Fabien Di Filippo. Et huit ans que vous êtes dans la majorité !

M. Gabriel Attal, secrétaire d’État. Nous allons poursuivre dans cette voie avec Annick Girardin, et je suis sûr que le beau territoire que vous représentez verra très vite les effets de cette politique. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe LaREM.)

La Lettre Républicaine

Déconfinement

Stratégie de déconfinement - Contribution des Députés les Républicains

200115 Damien Abad

Réforme des Retraites

200115 Damien Abad

Discours à la tribune de Damien Abad, Président du groupe : présentation de la motion de censure des députés Les Républicains.

Lire le Discours

Réforme des Retraites

200115 Damien Abad

Lettre de Damien Abad, Président du Groupe les Républicains de l'Assemblée nationale à Edouard Philippe, Premier Ministre.

Lire la lettre

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int