qg

Chaque semaine durant la session ordinaire, deux séances d'une heure sont consacrées aux questions au gouvernement, les mardis et mercredis après-midi. Ce temps est réduit à une seule séance hebdomadaire d'une heure lors des sessions extraordinaires.

Ces questions, dont la durée est de 4 minutes réponse du ministre comprise, concernent principalement les sujets de politique générale. Leur sujet est libre et, n'étant généralement pas déposées, elles conférent une grande spontanéïté au déroulement de ces séances. Elles sont réparties sur le même principe que les questions orales sans débat, alternant les interventions de l'opposition et de la majorité.

DOOR Jean-Pierre

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT - MARDI 26 JANVIER 2021

Calendrier vaccinal

Question de M. Jean-Pierre Door à M. Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé


M. le président. La parole est à M. Jean-Pierre Door.

M. Jean-Pierre Door. Monsieur le Premier ministre, la campagne de vaccination entre dans sa deuxième semaine. Nombreux sont ceux qui ont déjà répondu présent : c’est une très bonne chose.

Vous avez donc raison de passer la surmultipliée et de changer de braquet. Assez de cette campagne à la vitesse d’une deux-chevaux, des ordres et des contre-ordres qui se multiplient, de ce festival d’incertitudes sur le terrain, qu’il s’agisse de la plateforme Doctolib, qui avait du mal à répondre, de la question des cinq ou six doses contenues dans un flacon de vaccin, du report de la seconde injection à six semaines après la première, des stocks de vaccin à venir et des centres qui, déjà, ferment leurs portes, faute de doses.  

Monsieur le Premier ministre, assez de cette bureaucratie, de ces comités Théodule, de ces agences et officines paralysantes, prises en flagrant délit de lenteur et d’errements !

M. Fabien Di Filippo. Tout à fait !

M. Jean-Pierre Door. Les centres de vaccination sont ouverts, les élus locaux et les professionnels de santé sur le pied de guerre. Tout le monde est prêt. Localement, nous sommes tous mobilisés. Dans ma ville, plus de 1 000 personnes ont été vaccinées en quatre jours. Seulement, les moyens financiers font défaut, et les doses ne suivent pas. Monsieur le Premier ministre, pour gagner une guerre, il ne faut pas être à court de munitions. Comment croire à vos projections floues, à votre calendrier hypothétique, aux 15 millions de personnes vaccinées à l’été prochain ? Comment conjuguer, par ailleurs, la poursuite de la campagne vaccinale et un éventuel reconfinement ? (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)

M. le président. La parole est à M. le ministre des solidarités et de la santé.

M. Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé. Monsieur Door, vous posez plusieurs questions factuelles auxquelles j’ai déjà apporté des réponses factuelles, mais en dehors de l’hémicycle, ce qui me donne l’occasion de les répéter ici.

Vous parlez d’une incertitude touchant le nombre de doses par flacon. Il n’y a pas d’incertitude, mais une invitation à extraire six doses ; l’autorisation de mise sur le marché a été modifiée en ce sens. Sur le premier million d’injections réalisées, les remontées attestent que, d’un flacon, on tire en moyenne 5,9 doses – autrement dit, pratiquement une sixième dose…

M. Sébastien Jumel. Elle est facturée…

M. Olivier Véran, ministre. Voilà votre réponse, factuelle et chiffrée.

Pour ce qui est de l’idée d’un report du rappel vaccinal, j’ai donné ce matin, en compagnie du professeur Alain Fischer, une conférence de presse afin d’expliquer les tenants et aboutissants de ma décision : l’injection de rappel ne sera pas reportée. Pour le vaccin Pfizer, elle aura lieu entre trois et quatre semaines après la première injection. (Applaudissements sur les bancs du groupe LaREM.) Nous avons pris une demi-heure du temps à l’expliquer aux Français qui le souhaitaient. Là non plus, il n’y a pas d’incertitude.

Vous parlez de l’approvisionnement en doses, des vaccinations réalisées. Rendez-vous sur le site data.gouv.fr : depuis samedi, toutes les livraisons, tous les stocks, à l’échelle départementale et régionale, y figurent en open data ! (Applaudissements sur les bancs des groupes LaREM et Dem.) C’est une première, pour une campagne de cette nature, dans notre pays. Dans un délai de quarante-huit à soixante-douze heures, vous y trouverez les nombres de doses, de livraisons, de vaccinations réalisées et l’état des stocks, avec une mise à jour hebdomadaire, pour chacun des mille centres ouverts sur le territoire national – en open access, afin que chacun puisse être informé. Il n’y a donc pas, selon moi, d’incertitude.

L’accès direct au système d’information dans lequel sont déclarées toutes les vaccinations réalisées sera prochainement ouvert également, pour permettre aux Français d’établir leurs propres statistiques et de mesurer la part de personnes vaccinées parmi les plus de 80 ans ou parmi les résidents des EHPAD, par exemple. Hier, nous avions déjà proposé ou réalisé la primo-vaccination de plus de plus de 40 % de ces résidents. Ce chiffre augmentera encore beaucoup cette semaine, peut-être jusqu’à 80 %, nous permettant presque d’atteindre la cible de 100 % de vaccinés dans les EHPAD. Ce serait une bonne nouvelle ; là aussi, il n’y a pas d’incertitude. Pour ce qui est des arrivages de vaccins, j’en ai donné la semaine dernière les chiffres, comme je le fais mois par mois, mais je peux aussi vous les communiquer par semaine. Toutes les informations sont transparentes et disponibles sur le site du ministère.

M. Bruno Millienne. Très bien !

M. Jean-Pierre Door. Donc tout va bien ? Mais chez moi, ça ne va pas bien !