VIDÉO - Le député de Seine-et-Marne et président du groupe à l'Assemblée nationale dénonce les «écrans de fumée» annoncés par le chef de l'État.

Invité jeudi du «Talk Le Figaro», le président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a jugé sévèrement la politique d'Emmanuel Macron. Si Les Républicains ont «toujours été favorables» au principe de service national que le chef de l'État compte mettre en œuvre, ils émettent «une réserve sur le coût» que pourrait avoir une telle mesure, explique Christian Jacob. «Ce n'est pas en période où il faut diminuer la dépense publique qu'on va sortir combien? 3, 4, 5, 6 milliards…», interroge-il.

Revenant sur le «fonctionnement» du chef de l'État où «en quatre jours, on nous a annoncé la grande réforme du service national, un grand plan hôpital, la réforme du baccalauréat, l'organisation de l'islam de France, rien que ça!», Christian Jacob décrit «un système chasse d'eau, de fumigènes, c'est-à-dire une annonce chasse l'autre». Pour le député de Seine-et-Marne, «concrètement, ce sont des écrans de fumée»...

Voir la vidéo sur le Talk Figaro

INTERVIEW - Avant la présentation du nouveau bac ce mercredi en Conseil des ministres, la députée Annie Genevard, secrétaire générale des Républicains, juge Jean-Michel Blanquer « habile », tout en soulignant des « points de vigilance ».

Les Echos: - Quatre épreuves, du contrôle continu : la réforme du bac va-t-elle dans le bon sens ?

A.G: - C'était sensiblement le programme que nous défendions lors de l'élection présidentielle : un  bac recentré sur des épreuves fondamentales . Mais cela ne suffit pas. Nous veillerons à ce que l'année de terminale soit la plus complète et efficace possible car Parcoursup contraint à faire des choix très tôt. Et nous veillerons, surtout, à ce que le bac retrouve toute sa valeur et qu'il permette de diminuer l'échec universitaire. Tout cela se jugera à l'épreuve des faits.

- Par étapes successives, l'exécutif change-t-il en profondeur, selon vous, le système scolaire ?

Je crois qu'il en a l'ambition et certaines mesures vont dans le bon sens. Jean-Michel Blanquer bénéficie de circonstances favorables. D'abord d'un effet de contrastes avec ses prédécesseurs : lui sait de quoi il parle. Ensuite, l'opinion publique est prête pour ces réformes...

Lire la suite de l'article sur LesEchos.fr

Conférence de presse du Président Christian Jacob du 13/02/2018
Conférence de presse du Président Christian Jacob du 13/02/2018

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil

logo-LR-AN-int

4ème Rencontre du Club des 28

Mercredi 15 Juin 2016

Club28-Drapeaux

Lire la Synthèse