A 8h15, Guillaume Durand reçoit pendant 15 minutes les politiques, pour leur poser les questions qui préoccupent en premier plan les Français. Cette grande interview est retransmise en direct et en simultané sur la chaîne Paris Première, qui partage avec Radio Classique sa vision d'une information claire et réfléchie.

Ecouter l'émission sur Radio classique

INTERVIEW - L'ex-ministre et député maire de Meaux, revient sur les premiers pas d'Emmanuel Macron depuis son élection.

LE FIGARO. - Comment jugez-vous la première semaine d'Emmanuel Macron?

Jean-François COPÉ. - Les Français, en élisant Emmanuel Macron, ont clairement exprimé une volonté de renouveau. Et je lui ai souhaité de réussir pour le bien de la France. Pour autant, cette première semaine montre des signes inquiétants. La modernité, c'est magnifique, mais l'histoire de la France n'a pas commencé dimanche dernier, et la vie n'est pas une page blanche! Attention au syndrome du monarque tenté par le péché d'arrogance. Le ...

Lire la suite de l'article sur LefigaroPremium

Le patron du groupe à l'Assemblée nationale juge "déplorable" l'attitude de la République en marche pour les législatives.

"Petites magouilles et petites ficelles." Voilà comment Christian Jacob juge le processus de la République en marche pour les législatives. Alors que le mouvement a dévoilé la liste des 428 candidats qui mèneront la bataille en juin, le patron du groupe à l'Assemblée nationale n'a pas de mots assez dur à propos des arbitrages d'Emmanuel Macron.

Il ne sait plus comment s'en sortir. "Emmanuel Macron est totalement empêtré dans les législatives, il ne sait plus comment s'en sortir", tacle le député de Seine-et-Marne qui juge sévèrement la méthode. "L'attitude déplorable de sommer des candidats de choisir rapidement et de rejoindre le camp Macron en courant, (...) la pantalonnade en face de Manuel Valls, (...) c'est une attitude, passez-moi l'expression de petit politicard."

Voir la vidéo sur Les Echos

INTERVIEW - Le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

La Commission européenne voit le déficit français à 3 % de PIB en 2017. Est-ce rassurant ?

Pas vraiment. L'objectif fixé en loi de finances était de 2,7 %, le gouvernement l'a corrigé à 2,8 %, la Commission parle maintenant de 3 %... Cette prévision dérape progressivement vers la zone dangereuse, ce qui me fait penser que nous allons terminer l'année à 3,2 % ou 3,3 %. Et ce ne sont pas les gels de crédits massifs et autres « surgels » qui permettront de tenir l'objectif de 3 %, d'autant qu'il y a un risque majeur sur les recettes. Alors que la croissance est attendue à 1,5 % sur 2017, elle n'a atteint que 0,3 % au premier trimestre....

Lire la suite de l'aricle sur LesEchos.fr

INTERVIEW - Le sénateur-maire de Troyes est désigné pour mener la bataille de la droite pour les législatives.

LE FIGARO. - Quelles leçons tirez-vous de la victoire d'Emmanuel Macron ?

François BAROIN. - Je me réjouis que les Français n'aient pas été tentés par une aventure qui nous aurait conduits à l'appauvrissement de tous, à l'effondrement du système financier, au chaos. Son élection répond certainement à une attente de changement après cinq ans de Hollande même si c'est avant tout la victoire de l'ambiguïté de son projet. Je n'oublie pas que cette campagne a été dominée par les affaires qui ont abîmé, dans tous les sens du terme, notre candidat. Et elle s'est conclue par un vote qui traduit un pays fracturé comme jamais. C'est pourquoi les législatives sont si cruciales. Elles devront lever toutes les ambiguïtés portées par Emmanuel Macron. Aujourd'hui, ...

Lire la suite de l'article sur leFigaroPremium

logo-LR-AN-int

Conférence du Président Christian Jacob du 07/03/2017
Conférence du Président Christian Jacob du 07/03/2017

4ème Rencontre du Club des 28

Mercredi 15 Juin 2016

Club28-Drapeaux

Lire la Synthèse

 

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil