CONSTRUCTIF - Invité de LCI ce mercredi, le président du groupe à l'Assemblée explique pourquoi lui et les autres élus LR ont voté pour la loi d'habilitation, qui autorise le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances.

Pour Christian Jacob, président du groupe à l'Assemblée nationale, "à peu près 80%" de la réforme du code du travail voulue par le gouvernement reprend des propositions de la droite. C'est d'ailleurs pour ça que lui et les autres élus LR ont voté, le 13 juillet dernier pour la loi d'habilitation qui autorise le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances, explique-t-il sur LCI mercredi matin.

"Les propositions qui sont dans ce texte, ce sont des propositions que j'avais, pour à peu près 80% d'entre elles, présenté dans la précédente législature", a déclaré Christian Jacob. Et de poursuivre : "Je ne vais pas voter contre, le groupe ne va pas voter contre sous prétexte que le gouvernement a repris nos propositions. Ce serait invraissemblable."

Voir la vidéo sur LCI

 

 

La démission du chef d’état-major des armées est un événement historique qui pose deux questions extrêmement préoccupantes pour nos institutions.

-La confiance entre le Président de la République et notre armée est très gravement mise à mal et sans doute définitivement rompue. Cela pourrait empêcher le Chef des Armées de conduire une politique de défense efficace pour le bien de nos armées et de nos soldats. Nous devrons être extrêmement vigilants sur les conséquences de ce qui est clairement une dérive d’un pouvoir personnel très mal exercé. L’armée française a besoin de soutien et de considération et non d’actes d’humiliation. 

-Par ailleurs l’opposition parlementaire s’indigne de la manière dont l’Assemblée Nationale et sa Commission de la Défense ont été traitées et considérées dans le traitement de cette affaire très grave. Le Parlement est souverain . La parole y est libre et nous en appelons au Président de l’Assemblée Nationale pour qu’il fasse respecter notre Assemblée et que le Président de la république n’interfère pas dans la conduite des travaux parlementaires.

« Nous croyons que nous pouvons libérer l’économie et le travail, tout en bâtissant un haut modèle de solidarité qui se préoccupe des plus fragiles. Nous sommes libéraux et sociaux »

A droite, nous n’avons pas perdu à cause des affaires. Mais parce que nous avons cessé d’écouter et de penser la société de façon collective. Nous ne nous sommes plus renouvelés.

Nous étions même devenus incapables de définir la droite, la réduisant à des caricatures d’elle-même. Nous confondions rigueur économique et purge, lutte contre le terrorisme et abandon des libertés publiques. Nous ne parlions plus à des territoires entiers, ni à ceux qui travaillent et entreprennent, aux classes moyennes et populaires. Nous avions oublié le quotidien difficile de millions de Français qui donnent beaucoup sans rien recevoir. Nous alignions des mesures déjà vues, sans projet de société.

Si nous continuons ainsi sans audace ou incapables de reconnaître que certaines situations appellent subtilité et mesure, nous sombrerons dans le simplisme et nous disparaîtrons...

Lire la suite de l'article sur L'Opinion

INTERVIEW - Pour le nouveau président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, «si nous avons le moindre aléa dans les mois qui viennent, nous ne serons pas prêts pour y faire face».

LE FIGARO: Approuvez-vous les choix d'économies de Gérald Darmanin?

Éric WOERTH.- Nous avons assisté à une véritable mise en scène du gouvernement concernant l'audit de la Cour des comptes et les premières annonces d'économies. Pourtant, cette séquence correspond à un schéma classique: ...

Lire la suite de l'article sur LeFigaroPremium

A 8h15, Guillaume Durand reçoit pendant 15 minutes les politiques, pour leur poser les questions qui préoccupent en premier plan les Français. Cette grande interview est retransmise en direct et en simultané sur la chaîne Paris Première, qui partage avec Radio Classique sa vision d’une information claire et réfléchie.

Ecouter l' émission sur RadioClassique

TRIBUNE - En matière d'immigration et d'asile, Emmanuel Macron ne fait que subir, argumente le député LR de l'Yonne.

Deux mille deux cent cinquante-sept. C'est le nombre des hommes, femmes et enfants qui ont disparu en tentant de traverser la Méditerranée pour émigrer vers l'Europe depuis le début de l'année. L'effrayante comptabilité en est scrupuleusement tenue par les services des Nations unies, comme pour signifier l'incurie des pouvoirs sans pouvoir face au chaos migratoire. La Méditerranée continue à pleurer des larmes de sang. Le chemin turco-grec a été coupé mais la voie italienne reste ouverte. Près d'un demi-million de migrants, essentiellement venus d'Afrique subsaharienne, sont ainsi entrés en Europe depuis dix-huit mois.

 

Lire la suite sur lefigaro.fr

logo-LR-AN-int

Conférence du Président Christian Jacob du 18/07/2017
Conférence du Président Christian Jacob du 18/07/2017

4ème Rencontre du Club des 28

Mercredi 15 Juin 2016

Club28-Drapeaux

Lire la Synthèse

 

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil