Pour Ciotti, la candidature de Wauquiez peut sauver le parti de l'éclatement.

 

Invité du "Grand Jury", Éric Ciotti a défendu la candidature de Laurent Wauquiez, seul rempart selon lui contre les divisions au sein de son parti.

Valérie Pécresse qui menace de quitter le parti en cas d'élection de Laurent Wauquiez, Gérald Darmanin qui préférerait lui aussi dire adieu aux Républicains si le président de la région Rhône-Alpes prenait la tête de sa formation politique, la candidature de ce dernier est très loin de faire l'unanimité dans les rangs de la droite. 

Pourtant, Éric Ciotti en est convaincu, Laurent Wauquiez est le seul à pouvoir préserver le parti des divisions. "J'ai la faiblesse de penser que si ce n'était pas Laurent Wauquiez, c'est là où la menace de disparition (du parti Les Républicains, ndlr) serait réelle. Nous sommes un parti de droite et je m'étonne que certains s'étonnent que dans un parti de droite, on soit de droite", a expliqué le député des Alpes-Maritimes, invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro dimanche 10 septembre. ...

Voir la vidéo sur RTL

 

TRIBUNE - L'Élysée est omnipotent dans notre système politique mais à la tête d'un État aux moyens d'action très affaiblis, s'inquiète le député (LR) de l'Yonne.

Dans le quatrième de ses Contes moraux, Éric Rohmer peint une collectionneuse: la jeune Haydée met à l'épreuve sa liberté, d'un garçon à l'autre. Dans l'ordre des affaires publiques, la France est elle aussi une collectionneuse, qui s'amourache de Constitutions, de chartes et de déclarations, jetant l'une, allant vers l'autre. Parce que notre peuple aime la politique autant que le droit, nous avons souvent tenté d'apporter une réponse institutionnelle à une crise politique. Après avoir tué le roi, nous n'avons cessé de chercher une tête à l'État.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Éric Woerth au JDD : "Avec Emmanuel Macron, c'est mardi gras tous les jours"

INTERVIEW - Le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Eric Woerth, critique Emmanuel Macron pour ses "contradictions" et sa volonté de "rabaisser l'Assemblée nationale".

Ne dites pas à Eric woerth qu'il appartient au "vieux" monde politique - par opposition avec la nouvelle majorité macroniste -, ça l'énerve. Dans une interview au JDD, celui qui est aujourd'hui l'un des principaux visages de l'opposition de droite à l'Assemblée, en tant que président de la commission des Finances, critique le "néopoujadisme" de ce discours. "Il n'y a pas de honte à avoir sollicité plusieurs fois la confiance de ses électeurs", "l'inexpérience n'est pas un brevet de sincérité ni d'honnêteté", affirme notamment l'élu Les Républicains de l'Oise. "Derrière cela, il y a une volonté assez claire du président de la République d'affaiblissement du Parlement. Je ne dis pas qu'il ne faut pas traiter certains sujets comme ceux que traite la loi de moralisation publique, mais à travers cette ambiance, l'objectif est en réalité de rabaisser l'Assemblée nationale", explique-t-il....

 

Lire la suite de l'article sur Europe1

logo-LR-AN-int

Conférence du Président Christian Jacob du 25/07/2017
Conférence du Président Christian Jacob du 25/07/2017

4ème Rencontre du Club des 28

Mercredi 15 Juin 2016

Club28-Drapeaux

Lire la Synthèse

 

L'Agenda

agenda-parlementaire-accueil